(1)

Accessibilité et logiciels libres : y a du boulot au niveau ministériel !

Cette semaine était marquée sous le signe de l'accessibilité numérique, puisque lundi se tenait le 4e Forum européen de l'accessibilité numérique, organisé par l'association BrailleNet. Si le bilan est globalement positif, avec des conférences intéressantes, plus de 200 participants venant de 14 pays différents (source BrailleNet), le discours d'ouverture de Nathalie Kosciusko-Morizet (NKM) m'a fait bondir de mon fauteuil !

Or, je suis extrêmement surprise des commentaires positifs que je peux lire sur la Toile, tant sur le blog de Wordpress que sur celui de Tristan Nitot. Les rédacteurs n'étaient sans doute pas présents et ont dû s'appuyer sur le communiqué de presse [PDF, 28 Ko] publié dans la foulée. Un décryptage semble donc s'imposer.

Non, il n'y a pas lieu de se réjouir.

Madame la ministre a pourtant bien commencé son intervention, laissant supposer qu'elle avait compris plus ou moins ce qui se passait depuis quelques mois concernant l'accessibilité numérique (ou qu'elle s'était très bien entourée pour rédiger sa première partie du discours).

Petite contre-vérité malgré tout concernant l'Observatoire interministériel sur l'accessibilité et le design universel. Ce nouveau dispositif créé en février dernier est censé promouvoir les bonnes pratiques en faveur de la prise en compte du handicap, à tous les niveaux. Or, la ministre a assuré que l'aspect numérique était une des priorités de cet Observatoire, alors que le site CIO-informatique relève avec raison dans un article du 10 février que en dehors du président de la Fédération Française de Télécommunication (une association regroupant des opérateurs télécoms et les fournisseurs d'accès à Internet), cet observatoire ne comprend aucun représentant du secteur des TIC. L'accès des personnes handicapées à la société de l'information, à titre privé ou professionnel, n'est donc clairement pas au centre des préoccupations. Bon, je crois savoir que des efforts avaient été entrepris depuis pour plus ou moins corriger cet "oubli". Admettons.

C'est alors que je commençais à me dire, naïvement, que finalement il y avait peut-être un espoir du côté du secrétariat d'État chargé de la prospective et du développement de l'économie numérique, que la réalité est revenue en force. Une absence totale de compréhension des enjeux de l'accessibilité du Web, aucune notion du logiciel libre avec un mépris certain envers les communautés, et une solution annoncée de façon arrogante comme innovante et révolutionnant l'accessibilité du Web alors que je n'ai jamais entendu pareilles inepties. Mais voyons tout ceci en détails...

Lire la suite

Haut de page