"LQR, la propagande au quotidien" de Eric HAZAN

Voilà un petit livre à la mode pamphlétaire qui tend à montrer l'utilisation par les élites politiques, médiatiques et publicitaires d'un discours cherchant à atténuer les effets de l'ultralibéralisme. Bien que le propos soit argumenté et illustré d'exemples vérifiables, cela reste un pamphlet, c'est-à-dire un écrit satirique dirigé contre cette même élite ou plutôt contre le capitalisme ravageur dont elle se fait le chantre. Ce qui n'enlève en rien à la force du propos, mais sachez si vous le lisez que ce n'est pas un ouvrage universitaire mais bien une prise de position.

LQR signifie Lingua Quintea Respublicae, autrement dit Langue de la Cinquième République. C'est en référence à un ouvrage de Victor KLEMPERER, professeur juif chassé de l'université de Dresde, intitulé LTI - Notizbuch Eines Philologen qu'Eric HAZAN emploie LQR, le LTR de KLEMPERER signifiant Lingua Tertii Imperii, ou Langue du Troisième Reich... Mais HAZAN ne tombe pas dans un amalgame qui serait dénué de fondement entre nazisme et capitalisme. Il montre simplement l'importance et le pouvoir des mots, vecteur de façonnage des esprits et d'abolition de l'esprit critique. Petit exemple de ces expressions de la LQR pris sur la quatrième de couverture du livre :

Désormais, il n'y a plus de pauvres mais des gens de condition modeste, plus d'exploités mais des exclus, plus de classes mais des couches sociales. C'est ainsi que la LQR substitue aux mots de l'émancipation et de la subversion ceux de la conformité et de la soumission.

Mais on pourrait également prendre l'exemple qu'il donne du remplacement du mot licenciement par restructuration...

Bref, à lire impérativement et à méditer !

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : http://armonyaltinier.fr/index.php?trackback/35

Haut de page