Vers une réforme des laojiao 劳教 ?

Un vent de réforme souffle sur la Chine. Le simple fait que des dirigeants chinois s'indignent de l'incarcération sans jugement telle qu'elle est régulièrement appliquée dans le cas des laojiao est inédit !

Vous pourrez lire cette information dans la presse, notamment dans le China Daily du 1er mars 2007 en page 1, dans l'article de Pascale Nivelle paru dans Libération d'aujourd'hui, dans l'article de Bruno Philip dans le Monde.fr du 02.03.2007 (paru dans l'édition papier du 03 mars)et dans l'article de Pascal Mével paru dans le Figaro aujourd'hui (merci Nico pour l'info).

Et comme d'habitude, voici les liens vers les articles en PDF :

Mais pour mieux comprendre cette information, voici un extrait de Chine, le livre noir, édité par Reporter Sans Frontières en 2004 (p.62) :

Selon la définition officielle des laogai, ils sont composés de six éléments principaux :

  • Centres de réforme par le travail (laogai 劳改 ou laodong gaizao dui 劳动改造队). D'après le code pénal chinois, ces centres doivent accueillir les personnes formellement condamnées et dont le jugement a été prononcé par un tribunal chinois.
  • Prisons (jianyu 监狱). Similaires aux centres de réforme par le travail, elles en partagent également la fonction. Elles ont été créées pour accueillir des criminels formellement condamnés. Elles sont dénommées "prisons", mais les conditions sont les mêmes que celles des centres de réforme par le travail.
  • Centres de rééducation par le travail (laojiao 劳教 ou laodong jiaoyang suo 劳动教养所). Ils accueillent les prisonniers contraints à subir une période de "discipline administrative" et condamnés par la police chinoise ou d'autres responsables officiels de la sécurité à des peines d'une durée allant jusqu'à trois ans. Ces personnes n'ont jamais été condamnées par un tribunal et n'ont jamais fait l'objet de procès.
  • Centres de détention (shaoguan suo 少管所). Ils accueillent les condamnés adolescents ou les détenus destinés à la rééducation par le travail.
  • Personnes placées en travail forcé. Cette option est destinée aux personnes qui ont déjà purgé leurs peines, mais dont on estime qu'elles n'ont "pas été complètement réformées". Elles doivent donc rester dans les centres où elles ont purgé leurs peines, dans les mêmes conditions et aux mêmes postes de travail.

En rappelant l'ensemble d'un système de répression et d'endoctrinement aussi sophistiqué, j'essaie surtout de mettre en garde contre tout excès d'optimisme. Toutefois, la liberté de ton inhabituelle employée dans l'édito du China Daily, journal officiel chinois de langue anglaise, laisse à penser qu'il bénéficie d'un soutien ou du moins de l'assurance que des cadres de haut niveau du Parti communiste chinois soutiennent cette position. Quand bien même la détention sans procès dans les laojiao disparaîtrait, il ne mettra pas fin à l'arbitraire de certaines décisions de justice induites par de fortes pressions politiques. Car en Chine, "la justice est indépendante, mais les juges ne le sont pas", c'est écrit en toute lettre dans la Constitution ! Toutefois, la réforme des laojiao représenterait un pas non négligeable vers la construction progressive d'un Etat de droit... Je vais donc tâcher de garder un oeil sur cette question et vous tiendrai informés ;-) Et si vous avez des liens vers des articles en chinois sur le sujet (je n'en ai pas trouvés...), ce serait gentil de laisser un commentaire avec l'adresse du lien...

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : http://armonyaltinier.fr/index.php?trackback/55

Haut de page