HU Jia inculpé pour crime "d'incitation à la subversion du pouvoir de l'Etat"

Triste jour pour Hu Jia, triste jour pour les Droits de l'Homme en Chine...

Hu Jia (胡佳), 34 ans, est renommé en Chine et internationalement pour son combat auprès des malades du Sida et en faveur de l'environnement.

Aujourd'hui, il est inculpé d'incitation à la subversion du pouvoir de l'Etat. Et ce n'est pas la première fois que les autorités chinoises essaient de l'intimider. Ce crime, décrit à l'article 105 du Code pénal chinois, est tout simplement l'appellation politiquement correcte pour "crime politique". Il suffit qu'un citoyen chinois émette un avis politique contraire à ce qu'autorise le Parti Communiste Chinois pour qu'il tombe sous le coup de cet article. Nombre de "dissidents", souvent simples intellectuels et internautes ayant eu l'audace d'écrire ce qu'ils pensent, ont fait les frais de cet article 105. Du Daobin, avait un peu trop, au goût des autorités, prit la défense de la jeune internaute, Liu Di, emprisonnée sans jugement pour écrire trop librement sur le Web.

Aujourd'hui, donc, c'est Hu Jia, qui confirme la longue tradition d'emprisonnement politique du PCC. Car s'il n'est qu'inculpé pour le moment, il est malheureusement à craindre que la sentence tombe rapidement, après une parodie de procès...

Voici un extrait d'un journal belge relatant les faits :

Dans un texte écrit avec Teng Biao, un de ses amis professeur de droit, et publié en septembre, Hu Jia s'inquiétait du non-respect par Pékin de ses engagements en faveur d'une plus grande ouverture, qui avaient été faits pour obtenir l'organisation des JO. "Peut-être que vous viendrez à Pékin au moment des jeux Olympiques, vous verrez des gratte-ciels, de larges avenues, des installations sportives modernes et des habitants enthousiastes.

Ce sera la réalité, mais seulement une partie, comme lorsqu'on regarde un iceberg", écrivaient-ils. "Vous ne savez peut-être pas que cet enthousiasme, ces sourires, cette harmonie et cette prospérité sont fondés sur l'injustice, les larmes, l'emprisonnement, la torture et le sang", poursuivaient les deux hommes, tout en espérant néanmoins que les jeux apportent aux Chinois "la paix, l'égalité, la liberté et la justice". "Nous prions pour que les JO se déroulent dans une Chine libre", concluaient-ils.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Haut de page