Tian'anmen, 20 ans après, que reste-t-il de la révolte ?

Je ne pouvais pas manquer ce triste anniversaire, même si je n'aurai pas le temps de rédiger un article complet. De toutes façons, vous ne manquerez pas de littératures à ce sujet dans vos journaux...

Mon impression globalement, c'est qu'en Chine comme ailleurs, on voit la fin d'un idéal politique. Les questions matérielles préoccupent davantage et le politique n'est plus perçu comme une solution possible, au mieux est-il considéré comme un moyen parmi d'autres, et encore, bien après l'économie (comme si on pouvait dissocier les deux !).

Alors que Tian'anmen était le reflet à la fois d'une révolte et d'un espoir pour une démocratisation du régime, avec des revendications politiques, la population chinoise dans sa diversité nourrit aujourd'hui une colère liée aux conditions de vie plus qu'aux conditions de l'expression politique. Face à des injustices toujours plus criantes et augmentées par une corruption endémique, les préoccupations ne sont plus idéologiques mais directement matérielles : comment se loger, se soigner, éduquer ses enfants ?... Les questions sont de mon point de vue tout à fait politiques, mais les réponses attendues par les Chinois ne le sont pas vraiment j'ai l'impression.

Cependant, bien que le régime ait réussi à déplacer le débat de la sphère publique à la sphère privée, en octroyant pour ce faire un espace de libertés "contrôlées", la multiplication des mécontentements et des révoltes continue à inquiéter Pékin qui est contraint de maintenir sa vigilance, et même de l'amplifier pendant ce triste anniversaire.

Alors, que faut-il en conclure ? Quel avenir imaginer pour la Chine du 21e siècle ? C'est une question qu'on me pose souvent et à laquelle je ne saurais donner de réponse. Une chose est sûre, il sera de plus en plus difficile pour le régime de maintenir la paix sociale, qui reposait en grande partie sur le développement fulgurant de l'économie chinoise, allié à un contrôle politique étroit.

Or, la crise économique qui succède à la crise financière aura forcément des répercussions politiques en Chine. Les révoltes localisées seront sans doute de plus en plus difficiles à circonscrire et à étouffer. Par ailleurs, un élément intéressant à noter, c'est que même des promoteurs immobiliers ont signé la Charte 08 [en], demandant une démocratisation du régime, notamment pour faire valoir leurs droits de propriété, vaste question en Chine dont la problématique est héritée des Communes populaires.

Brice Perdoletti, du Monde, écrit sur son blog, dans un article intitulé "Sous les pavés de Tian'anmen, des crabes, des crabes, des crabes" : "la Toile est bien le lieu d’une re-politisation spectaculaire de la jeunesse ces dernières années".

Même si le phénomène existe, j'avoue que je ne sais pas quelle ampleur réelle il peut bien avoir en Chine. Je suis un peu sceptique sur l'influence que peuvent avoir ces blogs d'un point de vue politique, si ce n'est une influence sur les courants politiques réformistes au sein du PCC qui peuvent se sentir encouragés.

En cela, l'autorisation de la publication des mémoires posthumes de Zhao Ziyang à Hong Kong par les autorités officielles est un signe davantage significatif je pense...

Voilà pour les réflexions que cette journée du 4 juin 2009 m'inspire. Mais vous, qu'en pensez-vous ?

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Haut de page