Paris Web 2009, jour 1 : jeudi 8 octobre.

J'ai assisté à l'ensemble des conférences dans le grand amphi pour cette première journée, c'est-à-dire 5 conférences et une table ronde pour être précise. Comme j'en ai déjà un peu parlé, je ne m'y attarderai pas.

Le matin

Ce que je retiens de la matinée, c'est :

  • que je suis - entre autres choses -, selon la définition donnée par Stéphane Deschamps, une intégratrice ou une développeuse "front" (autrement dit s'occupant du code portant sur la partie visible des sites Web, et pas des logiciels qui permettent leur mise à jour). La définition est complexe, tant le métier évolue à la vitesse du Web. Et la nuance entre les termes "intégrateurs" et "développeurs" est intéressante, la première apparemment dévalorisée par rapport à la seconde. C'est la raison pour laquelle on parle de développeur "front", plus valorisant je suppose... Le métier d'intégrateur est à la confluence entre la graphisme et le développement logiciel, sans être ni l'un ni l'autre. C'est à la fois dévalorisé parce que tout le monde peut aujourd'hui créer son site facilement, et en même temps de plus en plus pointu et requérant une telle variété de compétences que cela en devient ridicule quand on voit certaines offres d'emploi listant les compétences requises. Si cette conférence ne m'a pas appris grand chose à proprement parlé, elle a eu le mérite de me rassurer : visiblement, nous sommes nombreux à partager des interrogations et préoccupations communes, même si elles diffèrent selon que l'on travaille en agence de petite ou grande taille, ou en indépendant.

  • que la disparition rêvée d'Internet Explorer 6, annoncée par Daniel Glazman pour mai 2012 je crois, doit être perçue comme un acte militant. À nous, intégrateurs, de ne plus concevoir de sites pour Internet Explorer 6 et de nous concentrer sur les navigateurs respectueux des standards si nous voulons faire avancer les choses (plus facile à dire qu'à faire et je ne suis pas totalement convaincue quand je pense à l'utilisateur final, mais c'est un débat intéressant)
  • que je n'ai pas du tout envie de m'intéresser plus avant à HTTP, malgré le talent de Karl Dubost ;-)

Après-midi

Web ouvert, par Éric Daspet

L'après-midi s'est ouverte par une conférence d'Éric Daspet sur le Web ouvert (ayant interverti sa conférence avec celle de Nicole Sullivan, que nous avons donc vu le lendemain finalement). Cette conférence était intéressante et a permis de rappeler l'importance de la sécurité, même si ce n'était pas le sujet. Ce que j'en retiens : penser à toujours mettre en place un flux RSS et permettre un enregistrement via OpenID pour les sites demandant aux internautes de s'inscrire. Ce, pour favoriser l'interactivité. J'en retiens également une chose qui m'avait échappée : certaines personnes interdisent qu'on fasse un lien vers leur site ! Je ne soupçonnais pas qu'une telle ineptie puisse exister ! C'est un non-sens, et c'est la raison pour laquelle Éric Daspet a distingué les sites Web des sites Internet, ceux qui se servent de la Toile pour exposer sans vouloir participer ni échanger. Car le Web est justement une grande Toile tissée de liens. Le lien est la base du Web et un site interdisant les liens est tout simplement un tricheur ne respectant pas les règles du jeu (à mon avis...).

Chris Heilmann et la sécurité sur le Web

Puis est venu le moment de la traditionnelle conférence de Christian Heilmann, à l'humour toujours aussi improbable (je vous invite à regarder ses diapos pour vous faire une idée...). Il était question de sécurité. Finalement, si on est attentif au respect des standards et à quelques règles de bon sens, on est déjà sur la bonne voie. Ce sont souvent les hacks qui sont sources de failles de sécurité. Ou les mots de passe simples et répéter sur tous les comptes. L'idéal serait d'en changer régulièrement et d'utiliser des mots de passe différents chaque fois. Mais une médaille à qui respecte ce genre de pratique, pourtant de bon sens mais tellement fastidieuse, voire impossible... Ce qui était intéressant, c'est de voir avec quelle facilité un développeur averti peut détourner un site... Les questions de sécurité ne sont malheureusement pas assez prises au sérieux sur Internet... C'est une véritable éducation qu'il faut sur le sujet, pour les développeurs, mais aussi les utilisateurs et contributeurs, notamment dans la gestion de leur identité numérique. Mais ce n'est là que mon opinion, je déborde du sujet...

Table ronde sur le Web mobile

Enfin, la journée s'est clôturée par une table ronde sur le mobile, où je retiens deux choses :

  1. un seul Web, même avec le Web mobile, c'est possible... Il faut que je me penche sur les medias queries...
  2. Alors que Microsoft fait de véritables efforts pour s'investir dans le W3C de façon honnête, Apple joue quant à lui un jeu dangereux allant dans le sens de la privatisation du Web. Un brevet en particulier a été déposé bloquant la standardisation des widgets. Mais même si les orateurs l'ont dénoncé vigoureusement, cela ne les empêche pas d'avoir leur Mac et iPhone avec eux... Ce qui me fait penser au développement durable et au fait qu'on sait tous ce qu'il faut faire, mais qu'au moment de la mise en pratique, les choses deviennent plus compliquées... L'avènement du consommateur-responsable n'est pas encore d'actualité. Mais je ne jetterai pas la pierre...

À venir : Paris Web 2009, jour 2 : vendredi 9 octobre.

Voir aussi :

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Haut de page