Accessibilité du Web, le livre !

eyrolles_livre_accessibilite_web.pngL'info avait fuité en décembre dernier sur Twitter par un certain @sebcbien. Puis il y a quelques jours à Paris Web, alors que quelqu'un posait la question de savoir s'il y avait un livre sur l'accessibilité du Web, l'intervenant (un certain Élie S.) a répondu : oui, il va bientôt sortir un livre chez Eyrolles... écrit par Armony Altinier.

Il est donc grand temps que je l'annonce moi-même officiellement et vous explique un peu où j'en suis.

Ce secret de Polichinelle ne visait pas à cacher l'info, mais plutôt à me "protéger" d'une pression un peu trop forte étant donné la demande. Aujourd'hui, ça va mieux, le livre est très avancé bien que non terminé, et comme de toute façon ce n'est plus un secret, j'aimerais partager avec vous les coulisses de l'écriture du livre et la petite histoire qu'il y a autour de ce projet.

Vous cherchez à acheter un livre sur l'accessibilité ? Vous ne voulez pas plutôt l'écrire ?

C'est au printemps 2010 qu'une demande croissante de formation et d'auto-formation s'est fait sentir sur la liste de discussion accessibilite@april.org, liste du groupe de travail accessibilité et logiciels libres de l'April que j'anime.

Certains me demandaient si je ne pouvais pas écrire juste un petit document reprenant les grands principes. Or, c'est très insuffisant pour se former. J'avais alors proposé de faire une formation gratuite à des bénévoles d'associations du Libre (qui eut lieu et fut appréciée je crois), et avais envoyé en parallèle un message à la librairie Eyrolles pour demander s'ils n'avaient pas connaissance d'un livre sur l'accessibilité devant sortir prochainement. Il me paraissait invraisemblable qu'il n'y ait rien.

Une heure plus tard, je reçois un appel de Muriel Shan Sei-Fan, des éditions informatiques chez Eyrolles à qui la librairie avait transféré le message. Je remercie de cette prompte réponse, étonnée qu'on prenne carrément la peine de m'appeler. Or, Muriel m'explique qu'elle avait essayé de publier un livre sur le sujet depuis deux ans sans succès, les auteurs pressentis manquant de disponibilité. OK, dommage. La discussion aurait pu s'arrêter là. Mais elle poursuit en me demandant de but en blanc : "vous ne voulez pas l'écrire ?".

Réponse spontanée : "euh, non..." Puis après une heure de conversation, je me laisse convaincre. Facile de dire qu'il y a un manque au niveau de la documentation, mais ça ne risque pas de changer si je me défile quand on m'offre l'opportunité de combler cette lacune.

Cela dit, j'avais au départ une demande du groupe de travail accessibilité et logiciels libres. J'ai donc posé quelques conditions...

Un livre libre et accessible !

J'ai demandé trois petites clauses dans mon contrat d'édition, toutes trois acceptées très rapidement, avec quelques concessions malgré tout :

  1. Un livre librement téléchargeable par tous. Je voulais que le livre soit placé sous licence libre dès parution, de type Creative Commons BY-SA. Muriel m'a proposé plutôt une licence Creative Commons BY-NC-ND, mais le livre ne pouvant être libéré qu'après 1200 exemplaires vendus. Cela signifie que vous pourrez le lire gratuitement et le partager librement, mais que vous ne pourrez pas le modifier ni le réutiliser commercialement (ceci dit, si vous le faites, je ne vous poursuivrai pas ;)). Et cela, seulement après qu'Eyrolles sera rentrée dans ses frais, d'où la mise à disposition après 1200 exemplaires vendus. La non-modification a été justifiée par le fait qu'il s'agissait de la vision d'un auteur et qu'elle ne devait pas être trahie. Je ne suis pas convaincue, mais la concession me paraît honnête et je suis déjà très reconnaissante qu'Eyrolles ait accepté cette condition sans laquelle je n'aurais pas accepté.
  2. Un livre sans DRM. Le système de gestion de droits d'auteur sur les matériels numériques (livres, musique...) consiste à installer un logiciel restreignant la liberté des utilisateurs ayant acheté l'œuvre. Ainsi par exemple, peut-être avez-vous déjà acheté un morceau de musique mais ne vous a-t-il pas été possible de le lire ailleurs que sur votre ordinateur ? La faute aux DRM. Eyrolles ne met pas de DRM dans ses livres numériques, mais j'ai voulu que ce soit inscrit dans le contrat pour qu'en cas de changement de politique d'édition, le livre soit protégé.
  3. Un livre accessible à tous. Ma dernière condition : que le livre soit également disponible en téléchargement au format DAISY pour que les personnes aveugles et malvoyantes puissent y accéder. Outre quelques questions techniques, Eyrolles a accueilli cette demande avec un certain enthousiasme, se disant qu'après cette première ils envisageraient peut-être d'étendre cette mesure à tous les livres publiés chez eux.

Comment devient-on auteur ?

Je ne suis pas sûre que mon histoire soit particulièrement exemplaire, puisque c'est un peu le fruit du hasard. Mais je vous livre mes impressions.

La rédaction d'un livre est souvent un partenariat entre un auteur et un éditeur. Muriel est partie très vite en congés maternité, mais Karine Joly a pris le relais et son accompagnement et son expérience me sont précieux pour avancer. Il s'agit d'abord d'une confiance mutuelle, et de pouvoir demander conseil quand on est bloqué. Dans mon cas, il a surtout s'agit jusqu'ici de me rassurer sur la qualité de mon travail. J'ai un peu l'habitude de douter et me remettre en question. La relecture par une tierce personne extérieure au sujet permet de m'assurer que je suis suffisamment claire et pédagogique pour que ce soit compris.

La première chose à faire, c'est de remplir un questionnaire présentant grossièrement le projet de livre (quel public, quel contenu) et son auteure (il est demandé de ne pas hésiter à se faire mousser). Cette phase sert à valider le projet auprès des "chefs" pour permettre d'éditer le contrat.

Ensuite, il faut remettre un sommaire provisoire du livre. Cette tâche m'est apparue très facile. C'est à ce moment que j'ai réalisé qu'il était temps que je m'y mette !

Ensuite, il y a un chapitre d'essai à rédiger. Le plus difficile en ce qui me concerne a été de trouver le ton juste. J'ai déjà rédigé des textes universitaires ou "sérieux", avec moult notes de bas de page. Or, un manuel à destination du grand public ne peut pas être écrit de la même façon.

J'ai cherché un moment, récrivant mon chapitre 8 fois avant d'en être satisfaite. Et là, le verdict de Karine m'a rassurée, puisqu'elle disait : j'ai hâte de lire la suite ! :)

Autre grand défi personnel : écrire sur l'accessibilité et le handicap, quand on vit soi-même une situation d'aggravation de son handicap... Avoir le recul nécessaire n'est pas évident. Et puis les aléas, heureux et malheureux de la vie, imposent parfois des réajustements...

La date de sortie du livre

Ayant l'habitude d'écrire et sachant que je suis très productive, j'avais donné une date de sortie assez optimiste, en décembre 2010. Or, c'était sans compter sur trois imprévus :

  1. Je devais subir une opération de la moelle épinière en septembre 2010 devant améliorer ma condition. Or, cette opération a dû être annulée au dernier moment pour cause de grossesse...
  2. La grossesse et mon problème de santé n'ont pas du tout fait bon ménage. Travailler et avancer sur le livre en même temps a été impossible pendant 9 mois.
  3. L'opération avait été reportée trois mois après la naissance de ma fille, en août 2011. Là encore, rien ne s'est passé comme prévu. L'opération s'est mal passée et a aggravé temporairement les choses.

Bref, après avoir rédigé plus d'un tiers du livre, je me trouvais donc dans une situation d'enlisement. Poursuivre était possible, mais risquait de demander du temps. Et comme je l'explique dans mon livre, l'accessibilité, ce n'est pas tant respecter des normes que de s'adapter à la diversité des situations. Application pratique dans le cas de l'écriture du livre, puisqu'il fallait s'adapter : pour gagner du temps, travaillons en équipe !

Du je au nous...

Au départ, lors de ma discussion avec Muriel, j'avais imaginé faire un ouvrage collectif, pour montrer la diversité des points de vue et faire profiter aux lecteurs de la richesse de chacun. Mais Muriel, forte de son expérience et redoutant l'échec de sa tentative précédente pour sortir un livre sur le sujet, m'a demandé d'écrire ce livre seule, pour avancer plus vite et donner au lecteur la vision d'un auteur, qui s'engage dans ce qu'il écrit.

J'ai joué le jeu à fond, prenant des positions tout en prenant bien soin de toujours argumenter et donner les références de tout ce que je dis, et tout en distinguant mon point de vue de ce qui est indiscutable.

Mais avec tous ces aléas, l'idée de s'associer avec un autre auteur pour gagner du temps est revenue. Le problème, c'est qu'il fallait trouver quelqu'un pouvant me faire gagner du temps, c'est-à-dire suffisamment à l'aise avec tout ce qui avait déjà été écrit pour ne pas avoir à refaire ce qui avait été fait et s'inscrivant volontiers dans la suite du plan tel qu'imaginé. C'est déjà en soi un vrai défi, car cela suppose d'être vraiment sur la même longueur d'ondes. Mais en plus de ça, il fallait que cet auteur soit d'accord avec les clauses que j'avais négocié dans mon contrat. Et quitte à m'associer avec quelqu'un, il fallait qu'il ou elle ait un profil technique et qu'il connaisse le sujet, certes, mais aussi qu'il soit complémentaire et qu'il ne fasse pas tout à fait le même métier que moi.

La perle rare ? Le mouton à cinq pattes ? Un peu oui. Mais je l'ai trouvé ! :) Je vous le présenterai dans un prochain billet (après qu'il ait fini son chapitre d'essai, y a pas de raison, hein, chacun son tour !). Et nous tiendrons sans doute ensemble un blog commun pour vous faire vivre avec nous les avancées de l'écriture du livre (c'est son idée, pas mal hein ?).

"Bon mais alors, y a quoi dans ton livre" ?

Patience, patience, je ne vais quand même pas tout vous dévoiler tout de suite ;) Le plan bouge au fur et à mesure de l'écriture, et s'associer à un autre auteur signifie faire quelques réaménagements sur la suite du livre.

Ce que je peux vous dire, c'est qu'il est composé de trois grandes parties :

  1. L'accessibilité web, quézaco ?
  2. L'accessibilité du Web en pratique
  3. L'accessibilité au-delà des normes.

L'idée est de répondre aux questions "qu'est-ce que c'est et à quoi ça sert ?", "comment on fait ?" et "comment je l'applique dans ma pratique quotidienne".

Pour les détails, ils viendront très vite dans le futur blog attaché au livre. Je vous tiendrai au courant, avec mon co-auteur.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Haut de page